fbpx

Programme

1ère Journée :

  • 1er module :
    • Introduction et présentation de la formation de spécialisation en kinésithérapie respiratoire.
    • Rappel anatomique de l’appareil respiratoire proximal ,distal et périphérique.
  • 2eme module : Dysfonctionnement de la mécanique interne et les conséquences sur la fonction respiratoire.
  • 3eme module (1*) : Moyens d’évaluation du dysfonctionnement de la mécanique interne .
  • 4eme module (2*) : Description des techniques de désencombrement bronchique. Théorie et pratique.

 

2ème Journée :

  • 5eme module : Schéma thérapeutique du désencombrement broncho-pulmonaire appliqué chez l’adulte , l’enfant et le nourrisson.
  • 6eme module : Kinésithérapie respiratoire et pathologies.
    • Quelle attitude thérapeutique adopter face aux différentes pathologies respiratoires?
      • Application et maitrise pratiques des techniques.
      • Cas pratiques.

 

(1*)(Extrait) Pratique des techniques de désencombrement bronchique

Manœuvre de désencombrement des espaces aériens périphériques chez l’adulte.

  • Patient en décubitus latéral ,région thoracique postérieure à traiter en supra-latéral.
  • Mobilisation de l’hémithorax supralatéral en position d’ouverture .Le thérapeute debout côté abdominal.
  • Les doigts du thérapeute sont écartés afin d’agir sur la surface la plus large possible .Les doigts et la paume de main céphalique  exercent une pression souple en stimulant le mouvement des côtes, à la partie postérieure du thorax ,de bas en haut et d’arrière en avant lors de l’inspiration lente et profonde  jusqu’à la capacité pulmonaire totale régionale .
  • Cet exercice peut être réalisé avec un inspiromètre incitatif*.*(voir matériel du kinésithérapeute respiratoire)
  • Cette technique est comparable à l’E. D.I.C exercice à débit inspiratoire contrôlé. (voir travaux G.POSTIAUX).
  • Cette technique peut être associée à l’aérosolthérapie .(Voir technique et pratique de l’aérosolthérapie).
  • L’évolution des bruits respiratoires, l’ampliation thoracique et la quantité d’expectoration guident le temps d’application de la manœuvre.

 

(2*)(Extrait) Manœuvre de désencombrement chez l’enfant Mucco.

Pratique de l’aérosolthérapie dirigée :

  • L’enfant en décubitus latérale pratique l’aérosolthérapie avec un nébuliseur buccal (voir description matériel ).
  • L’évolution des bruits à la bouche guide la durée de la séance.

 

LE SYNDROME D’HYPERVENTILATION – S.H.V.

Dans la littérature, le Syndrome d’ Hyperventilation est décrit comme une entité pathologique fréquente chez les jeunes âgés de 15 à 40 ans avec une prédominance pour le sexe féminin. Cette manifestation neuro-musculaire est sous-diagnostiquée et par conséquent sous-traitée. Mais aujourd’hui, dans le cadre d’une consultation de pneumologie, il apparaît que lors d’une mise au point d’une dyspnée, le pourcentage de patients présentant un SHV est en augmentation. La place de la kinésithérapie, notamment de l’information et de la rééducation respiratoire, dans la prise en charge pluridisciplinaire est désormais reconnue comme indispensable à l’amélioration générale de la pathologie. La kinésithérapie respiratoire est peu prescrite et fort méconnue. Elle existe toutefois dans certains centres hospitaliers et varie selon ceux-ci. Les constatations, le traitement de kinésithérapie et les résultats obtenus ont pu être élaborés grâce à un nombre de patients régulièrement diagnostiqués SHV et grâce à une observation et un suivi régulier du patient au cas par cas en fonction des tests rigoureux réalisés au laboratoire d’exploration fonctionnelle respiratoire.

A. PRESENTATION DU SYNDROME D’HYPERVENTILATION.

Le SHV est caractérisé par une diversité de symptômes somatiques (respiratoires, circulatoires, neurologiques, intestinaux,…)induits par une hyperventilation physiologiquement exagérée. Ces symptômes sont reproduits en partie par l’hyperventilation volontaire lors d’un test en laboratoire d’exploration fonctionnelle respiratoire.[1] Devenue inadéquate, l’hyperventilation, déclenchée par l’action du stress sur les centres respiratoires, entraîne une hypocapnie d’où une alcalose respiratoire et cela en l’absence de toute pathologie organique.Les différentes étapes de la prise en charge par la kinésithérapie respiratoire.

  • La dédramatisation et l’enseignement des mécanismes du SHV
  • La prise de conscience et correction de la mauvaise habitude respiratoire et posturale.
  • L’ apprentissage à l’hypoventilation ventilatoire contrôlée par SaO2 transcutanée.
  • Un programme de réhabilitation à l’effort adapté.